Estimation, négociation, transaction et investissement en murs de boutique - vente murs commerciaux - vente murs de commerce

Toutes les annonces | murs libres | murs occupés
Rechercher un bien

Les murs de boutique

 

murs commerciaux

 

Cet investissement peut intéresser toutes sortes d'investisseurs, dans la mesure où l'on trouve toutes sortes de surfaces, des plus petites (25m²) aux plus grandes (500m²). Ils offrent des rendements bruts intéressants, souvent plus élevés que ceux de l'immobilier d'habitation. Les murs commerciaux présentent des rendements oscillant entre 5% à 15%. D'une manière générale, l'investisseur augmente son rendement en achetant des "murs non occupés" et en procédant lui-même à la mise en place d'un locataire rigoureusement sélectionné. Dans ce cadre, l'investisseur devra être particulièrement vigilant à la rédaction du contrat de bail, car l'ancien décret de 1953 regorge de pièges que le néophyte ne percevra pas forcément. Pour la rédaction du contrat, mieux vaut faire appel à un avocat ou à un administrateur de biens compétent. Les murs de boutiques sont soumis à des fluctuations de valeur plus importantes que celles de l'immobilier classique. Une fois de plus, le choix de l'emplacement est important. Il conviendra souvent d'aller à contre-courant des idées reçues, et d'investir dans des zones urbaines sous cotées où d'autres personnes oseraient à peine mettre les pieds. Tout est question de conviction !

 

La Rentabilité

Contrairement au logement, le prix des murs de boutique ne se définit pas par un prix au m². Le prix des murs de boutique se détermine en appliquant au loyer pratiqué une rentabilité de marché. Par exemple, pour un loyer de 30 000 € par an et pour une rentabilité de 6,25%, le prix des murs est : 30.000 divisé par 6.5% soit 461 538 €. Les rendements offerts sur les murs de boutique sont intéressants. Ils sont presque deux fois plus élevés que sur un logement. Pour des biens présentant une commercialité convenable compter aujourd’hui entre 6 et 6,7%. Les rendements peuvent parfois être plus élevés, mais c’est souvent au détriment de la qualité de l’emplacement. Il convient alors d’être prudent. Les rendements peuvent aussi être inférieurs à 6%, jusqu’à 5% voire même 4,5%. C’est souvent le cas sur des boutiques louées avec des loyers très faibles. Il peut s’agir alors de très bonnes affaires, mais qui nécessitent plus d’apport personnel pour les financer et qui supportent donc moins d’emprunt. A contrario ces boutiques offrent une sécurité absolue. Au surplus le réel potentiel d’évolution du loyer permettra peut-être à terme d’atteindre des rentabilités supérieures à 8%.

 

La Sécurité

Les murs de boutique sont un placement sûr et dans nos choix d'investissement nous privilégions des emplacements corrects avec un minimum de flux piéton. Toute la difficulté est d’identifier les murs de boutique en vente. En fait il y en a très peu et les bons produits sont encore plus rares et donc très difficiles à trouver. Nous mettons à votre disposition une équipe spécialisée, compétente, qui identifie pour vous les meilleurs produits sur le marché. Le risque locatif est d’autant plus faible que l’emplacement est bon. En cas de liquidation judiciaire du commerçant, le mandataire liquidateur, le plus souvent, poursuit le bail dès lors qu’il existe une valeur de revente de l’emplacement. On se trouve alors dans la situation paradoxale, mais bien réelle ou la défaillance du locataire ne produit pas d’impayés au-delà de la date de la liquidation judiciaire. Les murs de boutique se revendent très facilement. plus rapidement encore qu'un logement.

 

La Fiscalité

La fiscalité des murs de boutique est la même que pour les logements mais les avantages sont en réalité bien plus intéressants. Songez par exemple à la taxe foncière. Elle est le plus souvent remboursée au propriétaire par le locataire. Le commerçant supporte par ailleurs le plus souvent la totalité des travaux d’aménagement intérieur de son magasin. Le propriétaire n’a donc pas à supporter le coût de ces travaux, comme c'est le cas pour un logement. Sans compter l’économie de temps qui en résulte. S'agissant des travaux de copropriété, ils sont le plus souvent supportés par la locataire, à l'exception du ravalement et des très gros travaux (toiture par exemple). Ce n'est pas le cas pour un logement. Enfin, on peut refacturer le plus souvent la totalité des charges de copropriété. Dans le cas d'un logement le propriétaire supporte un tiers de ces charges. Finalement, non seulement le rendement est presque deux fois supérieur, mais le propriétaire ne supporte que très peu de charges et de travaux de copropriété. En général, une boutique bien placée n’est jamais inoccupée et les incidents sont bien plus rares et faciles à régler.